Des acteurs près de chez vous
Accueil > Les acteurs du Plan Alzheimer près de chez vous
Agrandir la taille des caractères Réduire la taille des caractères Envoyer cette page Imprimer

Les acteurs du Plan Alzheimer près de chez vous

Choisissez une région pour visualiser les acteurs du Plan Alzheimer près de chez vous :


Le Plan Alzheimer a pour ambition de construire un parcours personnalisé pour chaque malade, depuis le diagnostic jusqu’à la prise en charge à domicile et le cas échéant en établissement.

Sélection de réalisations locales pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades et de leurs aidants (PDF - 4.3 Mo) réalisée à l’occasion de la journée mondiale Alzheimer du 21 septembre 2012

Depuis le début du plan en 2008, 65 consultations mémoire ont été créées, 202 centres ont été renforcés, et les trois centres mémoire de ressources et de recherche du Limousin, d’Auvergne et de Corse ont été créés : l’offre hospitalière est ainsi de 469 consultations mémoire hospitalières fin 2011 offrant au total 500 points d’accueil. Sur tout le territoire, une consultation mémoire hospitalière ou par un spécialiste libéral est ainsi disponible à proximité pour chaque Français qui le souhaite. Et le délai d’attente (mesuré en octobre 2009 en consultation hospitalière) est raisonnable : 51 jours en moyenne, 4 sur 5 donnent un rendez-vous en moins de trois mois.

Les nouvelles structures qui facilitent le parcours du malade ont été expérimentées et sont en cours de généralisation sur le territoire depuis 2011 pour changer concrètement la vie de tous les malades et leurs aidants.

149 MAIA - maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer - maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer, réalisent l’intégration du sanitaire et du médico social au plan local et constituent effectivement la réponse adaptée pour simplifier le parcours du couple malade/aidant, évaluer et orienter. Des gestionnaires de cas y interviennent pour prendre en charge les personnes malades présentant des situations complexes.

A domicile en début de maladie, pour permettre aux malades d’utiliser leurs capacités restantes pour apprendre à faire autrement des actes de la vie quotidienne auxquels ils tiennent particulièrement, le Plan prévoit 500 équipes mobiles pluridisciplinaires, composées de professionnels formés à la réadaptation, la stimulation et à l’accompagnement des malades et de leur entourage dès le début de la maladie. Ces équipes sont une réalité aujourd’hui auprès de 342 Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) à ce jour autorisés.

Parce qu’ils sont contraints de veiller constamment sur les malades, les aidants sont soumis à une pression permanente. Il existe des structures qui leur permettent de « souffler » quelques heures en offrant par ailleurs une prestation thérapeutique aux malades pendant une ou plusieurs demi-journées. Les créations de places d’accueil de jour sont poursuivies par le Plan Alzheimer (environ 1000 places ont été créées chaque année). La décision de structurer davantage l’offre pour améliorer sa qualité a été prise en février 2010, en conditionnant le financement des accueils de jour au respect d’une norme d’activité (6 places minimum pour un accueil adossé à un établissement d’hébergement et 10 places minimum pour un accueil autonome) et à la mise en œuvre d’une solution pour le transport des malades (ou à défaut une atténuation du tarif pour les familles organisant elles mêmes le transport). Au 31 décembre 2011, 8 366 places d’accueil de jour dans 815 structures respectent en 2011 les critères de taille. 916 structures offrant 2881 places n’ont pas encore adapté leur offre.

Afin d’élargir l’offre pour répondre aux besoins très divers des malades et des aidants, 123 plateformes d’accompagnement et de répit réunissent une variété de services tels que l’accueil de jour mais aussi le répit à domicile, la garde de nuit, l’hébergement temporaire, l’accueil familial, les séjours de vacances, les activités culturelles, physiques ou artistiques, les ateliers de réhabilitation ou de stimulation sensorielle. Des places d’hébergement temporaires peuvent également être disponibles dans les EHPAD

Lors de crises qui nécessitent une hospitalisation, afin d’éviter un passage par de nombreux services hospitaliers qui fragilise ces patients, 78 unités dites cognitivo-comportementales en service de soins de suite et de réadaptation les accueillent en début d’année 2012.

Il arrive également que le maintien à domicile ne soit plus possible, ni même souhaitable devant l’aggravation des troubles du comportement, ce qui nécessite une prise en charge en établissement. Face à de telles situations, il faut continuer à adapter les établissements pour une meilleure prise en charge des malades : l’objectif est de disposer d’ici 2012, de 1800 pôles d’activité et de soins adaptés (soit 25 000 places) pour les malades présentant des troubles du comportement modérés ainsi que de 360 unités d’hébergement renforcées (soit 5 000 places) pour les malades présentant des troubles plus sévères. A ce jour 603 PASA et 159 UHR accueillent déjà des malades et 347 PASA et 46 UHR (non référencés sur la carte) n’attendent plus que la visite de conformité ou la fin des travaux pour démarrer leur activité.