Des acteurs près de chez vous
Accueil > Aider les aidants
Agrandir la taille des caractères Réduire la taille des caractères Envoyer cette page Imprimer

Aider les aidants

La vie quotidienne aux côtés d’une personne atteinte par la maladie est souvent difficile. Services d’aide à domicile, prestations matérielles sont autant de réponses possibles face au défi de la prise en charge à domicile.

L’emploi d’une personne à domicile

Dans le cadre des actions en faveur du maintien à domicile, plusieurs prestations concernent plus particulièrement les personnes de plus 60 ans, et notamment celles qui connaissent une perte d’autonomie. C’est le cas par exemple de l’assistance aux personnes qui ont besoin d’une aide personnelle à leur domicile (à l’exception de soins relevant d’actes médicaux), de la garde-malade (à l’exclusion des soins), de l’accompagnement des personnes en dehors de leur domicile (promenades, transports, actes de la vie courante).

Pour bénéficier de prestations à domicile, plusieurs possibilités existent :

  • recourir à l’emploi direct d’un salarié,
  • faire appel à une association, une entreprise ou un organisme public mandataire. Dans ce cas, le demandeur reste l’employeur du salarié, mais le mandataire se charge de procéder au recrutement de ce salarié et assure différentes tâches administratives pour le compte du demandeur (calcul et établissement du bulletin de salaire, remplissage des déclarations sociale…),
  • faire appel à une association, une entreprise ou un organisme public prestataire. La personne qui intervient à domicile est salariée de cet organisme. C’est donc ce dernier qui assure le paiement du salaire et des charges. En contrepartie, le demandeur règle à l’organisme prestataire une facture, qui couvre, bien entendu, le montant du salaire et des charges, ainsi que la rémunération des services rendus par l’organisme.

L’emploi d’un salarié à domicile ouvre droit à deux avantages : une exonération de la part patronale des charges de sécurité sociale sur le salaire de la personne intervenant à domicile et une déduction fiscale qui s’applique sur l’impôt sur le revenu de l’employeur.

L’aide ménagère

Cette prestation est attribuée aux personnes âgées dépendantes nécessitant une aide matérielle pour vivre à domicile. L’aide ménagère consiste en l’intervention d’une personne salariée d’un service géré par la commune de résidence - l’aide ménagère - qui se rend à domicile pour assurer différentes tâches comme l’entretien du logement (ménage, repassage, lessive…), les courses, la préparation des repas ou les soins sommaires d’hygiène et de toilette courante. En revanche, elle n’est pas habilitée à donner des soins de nature médicale. Le temps de présence est calculé en fonction des besoins réels de la personne et des possibilités du service qui assure cette prestation.

La demande est à effectuer auprès de la mairie ou du centre communal d’action sociale.

Pour en bénéficier de l’aide ménagère au titre de l’aide sociale, il faut être âgé(e) de plus de 65 ans et sous condition de ressources.

Les personnes n’ayant pas droit à l’aide sociale peuvent toutefois en bénéficier. Pour cela, elles doivent s’adresser à leur caisse de retraite et joindre éventuellement un certificat médical du médecin attestant la nécessité d’avoir recours à une aide ménagère.

Dans les deux cas (aide sociale ou caisse de retraite), une participation financière, déterminée en fonction des ressources, pourra être demandée.

A savoir : si la commune de résidence n’est pas desservie par un service d’aide ménagère, une allocation en espèce peut être accordée. Elle servira alors à rémunérer la personne qui intervient à domicile.

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

Ces services sont destinés aux personnes âgées de plus de 60 ans, malades ou dépendantes. Ils dispensent des soins infirmiers et d’hygiène générale, ainsi qu’une aide dans l’accomplissement des actes essentiels de la vie courante.

La demande de soins infirmiers à domicile doit être effectuée par le médecin traitant, qui établit une demande de prise en charge adressée à la caisse d’assurance maladie. En pratique, les prestations proposées par un SSIAD prennent plusieurs formes : délivrance de soins infirmiers, délivrance de soins paramédicaux, assistance pour les soins de toilette et d’hygiène.

Les prestations des services de soins infirmiers à domicile sont prises en charge à 100 % par l’assurance maladie.

Aide à l’amélioration de l’habitat

La prise en charge de la maladie d’Alzheimer nécessite souvent un aménagement du lieu de vie afin de favoriser l’autonomie du patient et de prévenir les accidents. Divers dispositifs d’aide peuvent être sollicités. Les principaux organismes intervenant financièrement sont l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) et les caisses de retraite, ainsi que le Conseil général lors de l’attribution de l’APA. Des dispositifs particuliers peuvent exister localement.

Allocation personnalisée à l’autonomie (APA)

L’APA est une prestation d’aide sociale départementale destinée aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie physique et/ou psychique et ayant besoin d’une aide extérieure pour accomplir les actes de la vie quotidienne. Elle peut être perçue par les personnes vivant à domicile ou hébergées en famille d’accueil ou en établissement (EHPAD). L’APA ne fait pas l’objet d’une récupération sur les successions et les donations ; elle n’engage pas non plus la participation des obligés alimentaires.

Le dossier de demande d’APA est délivré par les services du Conseil général.

En cas d’urgence, le président du Conseil Général peut attribuer l’APA à titre provisoire pour un montant forfaitaire, en attendant l’examen de l’équipe médico-sociale. En cas de changement de département pour une entrée en établissement, c’est le département du dernier domicile fixe qui délivre et gère l’APA.

Pour aller plus loin :